le-bassin-genevois

Le bassin genevois

15/06/2020
Une zone franco-suisse en plein développement

Le bassin genevois est la zone frontalière franco/suisse située autour  de Genève. Le Jura et les Alpes du Sud bordent cette agglomération.

Les villes principales sont Annemasse, Bonneville, Saint-Julien-en-Genevois, Bellegarde-sur-Valserine, Gex, La Roche-sur-Foron, Ferney-Voltaire et Divonne-les-Bains. Avec l’agglomération suisse de Genève elles forment  ce que l’on appelle le « Grand Genève ».

Le Genevois français est composé de 173 communes. Il est particulièrement reconnu pour son dynamisme économique, une forte croissance démographique puisque de plus en plus d’actifs frontaliers sont attirés par les salaires suisses, bien supérieurs aux salaires français. Ainsi, la moyenne des revenus des habitants dans le genevois français est supérieur de 15% à celle de la région Rhône Alpes. La région connait donc un cercle vertueux, la croissance démographique crée de nouveaux besoins, donc de nouveaux emplois, et ces nouveaux emplois attirent de nouveaux habitants.

La 2ème caractéristique du bassin genevois est sa qualité de vie, au pied du Jura et des Alpes, dans un écrin naturel, les petites villes offrent une qualité de vis très recherchée, tandis que la proximité de Genève offre de nombreuses opportunités professionnelles, les familles sont donc séduites par cette qualité de vie mêlée à des opportunités professionnelles nombreuses.

La situation stratégique du bassin genevois

 

Le Genevois français a une position stratégique puisque qu’il se situe aux portes de Genève, ville mondiale et cosmopolite. Genève accueille de plus en plus d’organisations internationales et des institutions financières. De plus, elle est dotée d’un aéroport international (Genève-Cointrin), avec un accès côté France, qui contribue largement à l’expansion internationale et transfrontalière de tout le Grand Genève.

L’agglomération vit principalement aux rythmes de Genève et d’Annemasse. Annemasse étant la plus grande ville du Genevois français avec plus de 30 000 habitants, soit plus de 13 % de la population de l’agglomération.

45 000 personnes travaillent hors du Genevois français, soit près d’un actif sur deux. Cela s’explique bien sûr par l’emploi transfrontalier en Suisse. En effet, les salaires étant beaucoup plus avantageux en Suisse, les actifs préfèrent travailler de l’autre coté de la frontière tout en restant vivre en France.  De surcroît, l’ouverture progressive du marché du travail genevois, avec l’application des accords bilatéraux entre la Suisse et l’Union Européenne, n’a fait depuis qu’amplifier le phénomène.

Une démographie en perpétuelle croissance

 

Le Genevois français connaît des caractéristiques démographiques assez proches de celles des couronnes lyonnaise et grenobloise, et une croissance démographique soutenue et déjà ancienne.

Le Genevois français possède toutes les caractéristiques d’une grande agglomération, il est donc intéressant de le comparer aux couronnes d’autres métropoles, comme Grenoble ou Lyon.

Avec 284 400 habitants en 2005, le Genevois français était équivalent à l’agglomération  lyonnaise. Mais tandis que la croissance démographique a  ralenti en France en général, elle s’est au contraire accéléré dans le Genevois français. On compte ainsi 420 000 habitants dans la région, soit une croissance démographique de 48% en 15 ans, soit 2 fois plus que la moyenne française.

D’ici 2040, le nombre d’habitants va augmenter entre 28 et 36% selon les prévisions, le besoin de logements est donc considérable.

 

 

Une population de jeunes actifs majoritairement

 

Le Genevois français attire de nombreux jeunes actifs. Cette performance démographique tient à l’attractivité du territoire et aussi à l’excédent des naissances sur les décès. Sur les 30 dernières années, l’apport migratoire annuel moyen se chiffre à plus de 1 600 personnes, expliquant 60 % de la croissance de la population. En cause, l’attractivité du bassin de l’emploi en Suisse.

L’installation de familles  s’amplifie par le rayonnement international de Genève et son indéniable attraction sur le marché de l’emploi. Les flux d’entrants sont ainsi massivement supérieurs aux flux de sortants pour les 25-34 ans.

Les nouveaux arrivants viennent surtout du reste de la région Rhône-Alpes, proximité géographique oblige. Mais la particularité du territoire est d’accueillir de nombreux habitants venant de l’étranger, et d’abord de la Suisse voisine. C’est le cas de 8 600 personnes, soit 16 % de l’ensemble des arrivées. Ces mouvements se reflètent dans la structure sociale du territoire. Ils se caractérisent par une sur-représentation de ménages professions intermédiaires ou employés. Quant aux cadres, leur poids est conforme à la moyenne urbaine. A l’inverse, les étudiants et surtout les retraités, qui ont tendance à quitter le territoire, sont beaucoup moins nombreux que dans l’agglomération et même la région.

 

Un cadre de vie agréable

 

Selon le classement « Où fait-il bon vivre en France ? » réalisé par Les Échos en 2015, le Genevois français se place 1er sur 304 zones répertoriées.

Les conditions de vie des habitants du bassin genevois se façonne par les particularités de ce territoire. Ils bénéficient d’un environnement naturel agréable. Entourée des montagnes et non loin du lac Léman, le bassin genevois est au milieu de la nature suisse et française.

 

Des prix en constante hausse

Avec près de 150 000 habitants en plus dans 20 ans, le besoin de logements est énorme, sachant que le marché actuel ne permet pas de répondre à la demande. Que ce soit pour les locations ou les achats, les prix sont donc très élevés puisque la demande est nettement supérieure à l’offre.

Les pouvoirs publics, conscients de ce phénomène, ont pris un certain nombre de mesures pour encourager la construction dans le secteur, la majorité des villes du pays genevois sont ainsi éligibles à la loi Pinel.

L’objectif étant de compter également sur les investisseurs pour développer l’offre immobilière, des villes telles que Saint Julien en Genevois, Annemasse devraient ainsi profiter de leur position géographique pour voir les prix de l’immobilier s’envoler ces prochaines années.

Enfin, outre de fortes réductions d’impôt, investir dans le bassin genevois permet de bénéficier d’une forte rentabilité locative avec des loyers très élevés.

Sécurité locative, rentabilité et réductions d’impôt, le bassin genevois dispose de toutes les caractéristiques d’un excellent investissement immobilier locatif.

Nous contacter

Simulation personnalisée